A Xan par Mirentxu

Le coup de fil magique est arrivé le 18 octobre 2012 à 15h trés précise.
En principe, j'ai du mal à retenir les dates et les heures sont souvent approximatives mais ces chiffres là restent à tout jamais gravés dans notre mémoire.
Premier grand moment d'émotion donc ce coup de téléphone pendant lequel on entend juste ces phrases magiques : vous avez été attribués d'un petit garçon. il a 3 ans et demi.
Après je vous avoue que je n'écoutais plus mon interlocuteur, je n'avais qu'une envie c'était qu'il raccroche pour que j'annonce la merveilleuse et tant attendue nouvelle à mon mari.
J'étais tellement émue que quand j'ai appelé Beñat, j'avais du mal à parler mais avec les quelques mots qui sont sortis il a tout de suite compris.
Et là le bonheur commence. La joie de l'annoncer à tous les proches. C’était l'euphorie.
Ensuite on nous donne les dates pour lesquelles nous devons être en Thaïlande.
Puis deuxième grand moment d'émotion et non pas le moindre : la rencontre.
Ça y est, il est là devant nous ce petit bout. Je pense qu'il est moins impressionné que nous. Nous on tremble, on a le cœur prêt à exploser et lui est tranquille avec ces petites voitures sur le canapé bleu. Là c'est le summum du bonheur! On a du mal à y croire tellement on l'a rêvé cet instant qu'il nous paraît irréel. Les 3 enfin réunis.
On l'embrasse, on le câline, on joue et déjà on se le chamaille!!!
Puis on nous dit qu'il faut le laisser pour qu'il fasse la sieste et qu'on reviendrait vers 15h.
Premier déchirement !
Nous profitons pour retourner en ville et lui acheter quelques affaires puisque nous connaissons sa taille maintenant.
A 15h précises la voiture de l'orphelinat est venue nous chercher à l'hôtel (car c'est eux qui venaient nous chercher et nous ramener on ne s'occupait de rien à part de notre bonheur!!!)
Nous retrouvons notre petit amour et l’après-midi se passe très bien entre rires, jeux et balades dans les jardins de l'orphelinat.
Puis vers les 17h nouveau déchirement il fallait s'en séparer pour la nuit. Nous le laissons donc avec les nounous le cœur serré.
Nous rencontrons la directrice qui demande comment s'était passé la journée à la dame qui nous suivait. Elle lui répond que tout s'était passé à merveille et là revirement de situation elle nous demande si on veut le garder pour la nuit avec nous à l'hôtel. Nous sautons de joie et répondons que oui bien entendu.
Et la vie à 3 commence réellement à ce moment-là. Depuis ce jour-là, nous sommes une famille comblée et heureuse.

Là on se dit que tous les moments de doutes, de désespoir, sont derrière nous et même on n'y pense plus ; comme s'ils s'étaient effacés pour nous laisser vivre pleinement ce bonheur de devenir parents.
C'est une belle et grande aventure.
 

A Colin par Sandrine

 

Après plus de 35 mois d’attente, nous avons le coup de fil magique.

Le 25 Février 2010, Monsieur Ledochowski, rédacteur Thaïlande à l’AFA,  nous annonçait que nous étions les heureux parents d’un petit garçon.

Je rentrais de clientèle, il pleuvait, j’étais sur l’autoroute et la plus belle des nouvelles était enfin tombée.

Je me suis empressée de rentrer à la maison, je ne savais plus où j’étais, j’avais trop hâte de découvrir sa petite bouille d’amour avec Franck et Theemy.


Nous étions fous de joie et cette joie s’est communiquée à Theemy, nous avons eu du mal à dormir cette nuit là et le lendemain il a fallu imprimer la photo pour que Theemy puisse la montrer à ses copains à l’école.

 

Les 6 semaines qui nous séparaient de notre départ nous parurent interminables, surtout pour Theemy qui pensait que nous allions partir « demain », pas facile de lui expliquer alors qu’il attendait depuis si longtemps.

Nous avions une grosse appréhension le concernant car nous avions peur de sa réaction lors de son retour dans son pays natal, comment allait-il réagir ?

 

Le 13 avril est enfin arrivé et nous sommes partis tous les 3 chercher notre second trésor, nous étions très énervés mais nous avons réussi à dormir un peu.

 

A la sortie de l’aéroport, la chaleur étouffante nous a mis devant la réalité, nous allions enfin être réunis.

Le plus dur était là, nous étions en Thaïlande et nous ne pouvions pas encore serrer dans nos bras notre petit trésor, nous n’avions rendez-vous que le lundi 19, cela nous semblait trop loin.

 

Heureusement le jour de notre arrivée, nous avons pu faire la rencontre du petit Anousay et cela a permis à Theemy de se familiariser avec un plus petit que lui.

Nous tenons à remercier Nathalie, Niphavan, Anousay, Corine, Manfred et Florian pour leur soutien pendant ces quelques jours loin de Colin, son absence a été moins difficile à supporter grâce à eux.

 

Le lundi 19 avril est enfin arrivé, Franck et moi n’avons pas réussi à dormir, Theemy a eu aussi un sommeil agité, trop d’excitation.

Nous avions rendez-vous au DSDW avec Miss Chantip, Corine a eu la gentillesse de nous accompagner, elle va nous servir de guide, d’interprète, de photographe, de camerawoman, merci à toi d’avoir été là.

Nous rencontrons Miss Anchalee, l’assistante sociale qui était en charge de notre premier dossier, nous sommes très émus, tout comme elle. Elle est très heureuse de revoir Theemy et nous faisons une photo tous ensemble.

 

Miss Chantip nous explique que nous devons aller au ministère des affaires étrangères thaï avant d’aller à l’orphelinat pour le passeport de Colin, nous ne comprenons pas trop pourquoi mais nous y allons.

Là nous patientons près d’une demi-heure, nous commençons à nous demander ce que nous faisons là quand la porte s’ouvre et quelle ne fut pas notre surprise de découvrir notre petit trésor blotti dans les bras d’une nannie.

Nous n’avions pas imaginé notre rencontre de cette façon mais nous sommes trop heureux de voir enfin notre petit bonhomme, il est là tremblant se demandant ce qui va lui arriver.

Je lui tends les bras et la nannie me le donne, je le serre contre moi, je me retiens de pleurer car je ne veux pas l’effrayer avec mes larmes, il est déjà assez perdu.

Il se blottit contre moi et se laisse caresser et embrasser par nous 3, il ne pleure pas, nous avons même droit à un sourire timide.

La nannie vient le rechercher pour qu’il puisse aller faire son passeport, nous l’accompagnons jusqu’au bureau, il nous regarde, nous cherche du regard.

Dés qu’il a terminé, il demande à revenir dans mes bras et je ne demande que cela.

Miss Chantip nous dit que nous formons une jolie famille et que nous allons être heureux tous les 4, elle nous dit aussi que nous devons aller maintenant à l’orphelinat.

Je lui dis que je veux le garder avec nous en voiture, elle n’y voie pas d’inconvénient et nous partons tous ensemble à l’orphelinat de Pakkred, je suis la plus heureuse des mamans, j’ai mes 2 trésors avec moi.

Theemy n’ose pas toucher son petit frère, il le caresse tout doucement, je lui dis qu’il peut l’embrasser, que maintenant nous sommes réunis pour toujours.

Il me répond que son petit frère est beau et qu’il l’aime très fort, je ne peux retenir mes larmes, j’attends ce moment depuis si longtemps.

 

Arrivés au Pakkred, nous avons été super bien accueillis. Corine nous propose de filmer l’extérieur et le bungalow de Colin pour que nous ayons des souvenirs.

De notre côté, nous suivons Miss Chantip a l’intérieur du bungalow des adoptants. Tout a été pensé pour que le séjour et la rencontre se passent dans d’excellentes conditions, il y a un coin jeu pour les enfants, un coin salon avec canapé, table basse et télé, un coin cuisine, une salle de bains et des toilettes et une chambre pour les parents et une pour l’enfant.

Cela permet de rester sur place si la rencontre se passe mal, ainsi on  a plus à rentrer à l’hôtel et à revenir le lendemain, c’est une excellente initiative.

Une collation thaïe nous est amenée et nous pouvons discuter avec Miss Chantip, la responsable du bungalow, la nannie. Pendant ce temps, les enfants jouent tranquillement ensemble.

 

Miss Chantip nous propose de visiter le lieu de vie de Colin, nous acceptons immédiatement car cela est très important pour nous. Le bungalow étant en travaux, nous allons donc dans la salle qui leur sert de pouponnière.

Les enfants sont en train de faire la sieste, je sens que Colin s’agite dans mes bras, il me serre très fort, s’agrippe à ma tunique et se met à pleurer.

La nannie qui surveille les enfants me dit qu’il a faim ou qu’il est fatigué, j’en doute, je pense qu’il n’a pas envie d’être dans cette pièce, je sors rapidement et dés que je ferme la porte je retrouve un petit garçon souriant. Je sais à ce moment là qu’il a compris la situation et que c’est avec nous qu’il a envie d’être.

 

Nous repartons tranquillement dans la maison des adoptants et là je lui donne une petite collation, c’est un vrai petit glouton.

 

Peu après les nannies arrivent pour la photo, elles nous entourent et Colin se remet à hurler, il ne veut pas qu’elles l’approchent, nous nous dépêchons de faire les photos et demandons à Miss Chantip si nous pouvons rentrer, elle accepte car elle voit bien que Colin est très énervé.

 

 

Une fois dans la voiture, Colin continue à pleurer, il est trop fatigué et les dernières émotions l’ont achevé. Theemy se met à pleurer avec son petit frère, il ne comprend pas pourquoi il pleure, il pense qu’il ne veut pas de nous, je lui explique la situation et cela le rassure.

Colin s’endort dans mes bras.

Nous sommes enfin réunis, la vie à 4 peut enfin commencer.

Je tiens à remercier l'AFA qui nous a permis d'être à nouveau parents, en particulier Mme Biondi, Mr Guichemerre et Mr Ledochowski, le messager du bonheur. Merci de nous avoir accepté, sans vous rien n'aurait été possible.


Récit de notre rencontre avec Theemy par Sandrine

Nous arrivons le 17 Novembre 2005  à 6H15 du matin à Bangkok, nous n'avons pas réussi à fermer l'oeil pendant ces 12H de vol, j'enviais Sébastien à coté de moi en train de dormir. J'avais beau eu me dire qu'il fallait que je me repose pour que mon loulou trouve une maman en forme, je n'avais pas pu, je n'arrêtais pas de me dire "et s'il pleure en nous voyant, s'il nous rejette".

Le trajet de l'aéroport à l'hôtel me parut interminable, un des employés du client de séb était venu nous chercher. Tous les salariés étaient heureux de savoir qu'un petit thai allait partir vivre en France, la photo de Theemy était même accroché dans les locaux.

Aprés plus d'une heure de route (la circulation à Bangkok) est infernale, nous arrivons enfin à notre hôtel, nous n'aspirions qu'à une seule chose, aller nous doucher et enlever nos vêtements d'hiver (il faisait -5° à notre départ et là nous en avions prés de 25).
Nous avions juste le temps de nous changer car nous avions rendez-vous à 9H au DSDW avec Miss Anchalee.
Nous remarquons juste dans notre chambre le lit de bébé à côté de notre lit, tout se précisait.

Nous avions rendez-vous avec Séb dans le hall de l'hôtel, là nous remarquons le décor somptueux, on se dit qu'on sera bien ici avec notre loulou. Le personnel est trés souriant, ils savent pourquoi on est là et au moment de quitter le hall, ils nous souhaitent bonne chance.

Nous montons dans un taxi direction le DSDW et là je commence à m'angoisser.
On nous fait patienter dans un bureau le temps de prévenir Miss Anchalee, ,il y a un autre couple à côté de nous, des français en vacances qui viennent voir où en est leur dossier, on ne leur donnera aucune information.

Nous rencontrons Miss Anchalee, une jeune femme trés douce, agréable, souriante qui essaye de nous détentre.
Durant tout le trajet en taxi, elle nous parle de notre petit bonhomme, de ce qu'il aime, de son caractére, elle nous dit que nous allons être trés heureux avec lui, c'est le bébé le plus rieur de la pouponniére, les nurses et les bénévoles en sont folles.

Nous arrivons devant l'orphelinat, le Phyathai Babies Home et nous sommes agréablement surpris. Nous ne nous attendions pas à voir un batiment récent, trés agréable.
Quand nous entrons, nous sommes surpris par la clarté des piéces, la chaleur qui s'y dégage.
On nous fait patienter dans une salle d'attente et là Miss Anchalee nous fait signer des papiers.
Je n'écoute pas ce qu'elle nous dit, je n'attends qu'une chose, mon fils.

La responsable de la pouponniére arrive, elle nous dit que la nurse arrive avec l'enfant.
Et là je ne sens plus mes jambes, je suis sur le point de pleurer et je vois arriver un tout petit bonhomme avec des magnifiques yeux noirs qui me regarde sans peur.
La nounou me le tend, je le prend dans mes bras et là il vient se lover contre moi.
Je peux pas décrire ce que je ressens à ce moment là, plus rien ne compte, nous sommes enfin réunis, nous sommes une famille, je pleure, je l'embrasse, je le caline.
Avec bien du mal je le tends à son pére, il râle pour revenir dans mes bras. Je le reprends et le couve de bisous.La nurse s'en va en pleurant, cela me fait mal, elle s'est occupée de notre fils pendant ces 8 mois, elle lui a donné l'amour dont il était privé. Il pleure à nouveau mais c'est juste par faim, la responsable revient avec un biberon et je lui donne à manger, je le passe à son pére pour qu'il lui donne aussi son biberon. C'est un moment magique.

La responsable nous demande si nous voulons visiter la pouponniére, nous acceptons avec grand plaisir, nous allons découvrir le lieu où il a passé ses premiers mois.
Nous rentrons dans une piéce trés agréable, Miss Anchalee nous dirige vers son lit, elle nous dit que nous pouvons filmer et photographier, chose que nous faisons.
Nous voyons ses petits compagnons de jeux, les enfants doivent sentir qu'on va l'emmener, une petite fille me tend les bras, cela me fend le coeur de ne pas pouvoir la prendre. A ce moment là, j'ai envie de repartir avec tous ces enfants.
On vient lui montrer une petite fille avec qui Theemy jouait beaucoup, la nounou leur fait faire un bisou en guise d'adieu.
L'emoton étant forte, nous changeons de piéce, nous rencontrons les 2 bénévoles australiennes qui s'occupaient de lui, la plus âgée des 2 pleure, elle me dit que nous avons une chance incroyable de l'avoir, c'est son petit préféré, son chouchou.
Elle me raconte comment se déroulait ses journées, ce qu'il aimait faire, manger, en quelle quantité.
Nous quittons la pouponniére rassurés, notre fils a été trés bien soigné et aimé.
Nous repartons avec 3 biberons, son hochet, son anneau dentaire et son canard de bain. On nous dit de garder l'ensemble qu'il porte et on nous donne aussi un petit carré d'éponge qui lui sert de doudou.
Nous remontons dans le taxi, trés éprouvés par ce que nous venons de vivre.
Je ne participe plus à la conversation, je suis seule avec mon fils, je savoure ce moment que je croyais impossible. Moi aussi j'étais une maman, j'avais un fils magnifique qui me regardait avec un grand sourire. En sortant du taxi, Séb trouve le doudou par terre, il l'a jeté, il ne prendra plus jamais un doudou.

Nous arrivons au ministére de la justice pour lui faire son passeport, là on me met une serviette blanche et on l'assied sur mes genoux pour prendre la photo, il faudra 3 essais. Theemy commence à en avoir assez, c'est beaucoup d'épreuves pour ce petit bonhomme. C'est la premiére fois qu'il sort de l'orphelinat, qu'il monte en voiture. Tout ça le fatigue beaucoup. Aprés la photo, on lui défait sa chaussette pour lui mettre de l'encre sur le gros orteil et l'appliquer sur le passeport, cela servira de signature. Il ne bronche pas, il attend que tout se termine.
On nous demande d'attendre dans le hall et là j'ai la mauvaise idée de le mettre dans la poussette, il ne connait pas, il hurle. Je le reprends dans mes bras, il se calme.

Nous pouvons enfin rejoindre notre hôtel, nous disons au revoir à Miss Anchalee, nous la reverrons le mercredi suivant pour le board.
Arrivés dans le hall de l'hôtel, le réceptionniste veut voir notre loulou, nous lui montrons,trés ému, il nous souhaite tout le bonheur du monde.
Nous montons dans notre chambre et là nous respirons.
Ca y est, nous sommes enfin réunis.

 

 

 

 

 




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site